Saphénectomie (stripping)

La saphénectomie n’est pas une chirurgie offerte par la clinique du Dr Yves Belzil puisqu’elle se pratique exclusivement en milieu hospitalier. Nous l’incluons cependant ici à titre indicatif puisqu’il est possible que nos médecins mentionnent ce type d’intervention, selon votre diagnostic.

La saphénectomie est une technique ancienne qui a été développée il y a plus d’un siècle. Elle est maintenant très concurrencée par les techniques endoveineuses (radiofréquence et laser endoveineux).

Déroulement du traitement

Le plus souvent, la saphénectomie (stripping) est réalisée sous anesthésie générale ou rachianesthésie (dans ce cas, seuls les membres inférieurs sont « endormis »), rarement sous anesthésie locale.

Le stripping peut traiter les veines grandes saphènes ou les veines petites saphènes.

Pour la grande saphène, le chirurgien va pratiquer une incision sous le genou (éveinage court, majoritairement réalisé de nos jours, contrairement à l’éveinage long, qui nécessitait une incision à la cheville) et une seconde au niveau de l’aine. Il introduit ensuite dans la veine saphène un guide semi-rigide appelé « stripper » via l’incision sous le genou. Ce stripper sera remonté jusqu’à l’aine, où la veine saphène est ligaturée (suturée) à sa terminaison, alors que l’autre partie de la veine sera « accrochée » au stripper. Ensuite, par l’incision du bas, le chirurgien tire le stripper, celui-ci emportant avec lui la veine saphène qui y est accrochée. La veine saphène se retourne ainsi sur elle-même et sort avec le stripper. Des sutures viendront finalement fermer les incisions sous le genou et à l’aine.

Pour la veine petite saphène, les incisions se font à la face postérieure de la jambe, au niveau de la cheville et en arrière du genou. Le déroulement de l’opération est ensuite identique à celle de la veine grande saphène.

Dans la plupart des cas, l’hospitalisation ne dure qu’une journée. Cependant, l’arrêt de travail ou d’activités est de durée variable : parfois de 1 à 2 semaine(s) si la chirurgie est peu agressive, mais selon les statistiques nationales, la durée moyenne d’arrêt de travail après un stripping est de 26 jours.

Suivi phlébologique

La réalisation d’un stripping nécessite un suivi régulier de l’état veineux en raison de la possibilité de récidives variqueuses. De telles récidives surviennent chez environ 20 % des patients sur les trajets des veines opérées, au niveau de l’aine et à la face interne du membre inférieur pour la veine grande saphène, en arrière du genou et à la face postérieure de la jambe pour la veine petite saphène. Ces récidives nécessitent des traitements complémentaires, soit par sclérothérapie, soit par microphlébectomie (en cabinet médical spécialisé). Il est à noter qu’il faut attendre un minimum de 3 mois avant de débuter les injections de sclérothérapie à la suite d’une saphénectomie.

Il est à noter que le stripping ne traite que la veine saphène (grande ou petite). Les varices visibles et inesthétiques sur les cuisses ou les jambes devront bénéficier d’un traitement complémentaire, soit par microphlébectomies réalisées au même moment que le stripping, si possible selon les cas, soit par sclérothérapie réalisée en cabinet médical spécialisé au moins deux mois après l’intervention.

Plus de 20 ans d’expertise et d’expérience

Pour prendre rendez-vous

Scroll to Top